vous êtes ici

Toi

Cela faisait plus d’une heure qu’ils étaient assis à boire un verre dans ce bar. Kyle avait donné rendez-vous à Josiah là-bas suite à un dépannage d’urgence dans le quartier, à quelques pas de son travail. Un verre avant que l’un ne retourne au garage et l’autre au bureau.

Josiah n’avait plus émis le moindre mot depuis plusieurs minutes, suivant le regard de Kyle qui se posait de moins en moins discrètement sur les courbes arrondies de la serveuse qui lui faisait ouvertement du gringue.

Il ne disait rien, jouant avec son verre, souriant distraitement à Kyle quand il se tournait vers lui.

Et puis le regard de ce dernier s’égara plus longtemps sur la jupe de la serveuse qui dévoilait le bord de ses fesses. Josiah y lut l’envie et le désir. Il se leva en repoussant brusquement sa chaise, prit sa veste et quitta le bar sans se retourner.

« Et merde », sursauta Kyle.

Il sortit quelques billets qu’il jeta sur la table, la serveuse s’approcha, mais il la bouscula en sortant sans s’excuser.

« J. », en courant pour le rattraper dans la ruelle. « J… Arrête », en l’attrapant par le bras et le retournant. « Je te demande pardon », plantant ses yeux dans les siens. « Je… Je n’sais pas ce qui m’a pris ».

« Oh si, Kyle, tu le sais très bien », d’une voix douce mais trop basse. « Ça te manque », en pointant le bar devenu invisible. « C’est tout… Je savais que ça finirait par arriver tôt ou tard », désabusé et blessé tout en reprenant sa route.

« Mais avec quoi tu viens ? » Kyle le dépassa et lui fit face. « T’as jamais reluqué le cul d’un autre mec, toi ? », plus furieux contre lui-même que contre l’attitude de Josiah.

« Si, mais je n’ai jamais eu envie que de toi » répondit-il avec une sincérité désarmante.

« Je… Merde J », se désespéra Kyle en se passant les mains dans les cheveux.

« Tu aimes le corps des femmes… Tu as toujours aimé ça… Tu aimeras toujours ça », avec un sourire las qui brisa toutes les résistances de Kyle tant il transpirait la détresse.

« C’est vrai qu’il m’arrive parfois de fantasmer ou de même bander sur des courbes féminines, je ne vais pas te mentir en te disant le contraire, mais… »

« Toujours aussi délicat. »

Josiah le repoussa pour l’écarter et continuer son chemin.

« Mais c’est rien à côté de toi » lui lança Kyle qui n’avait pas bougé. « Je… Je me fous de ces filles… Ce n’est pas avec elles que j’ai envie d’être »

Josiah s’arrêta.

« C’est toi que je veux… Elles, c’est juste… Rien ».

« Promets-moi de me le dire » murmura Josiah, tête baissée, enfouissant ses mains dans les poches de sa veste comme à chaque fois qu’il se sentait perdre pied.

« Quoi donc ? » s’inquiéta Kyle en se plaçant à sa droite.

« Quand… Quand ça ne sera plus…rien », reprenant sa marche.

« T’as si peu confiance en moi ? Si peu confiance en nous ? » répliqua Kyle, maîtrisant mal sa colère grandissante.

« Je sais que… que tu m’aimes, mais je suis… je suis un homme et je… », en soupirant. « Je ne peux pas te donner tout ce que le corps d’une femme pourrait t’offrir et qui te manque ».

« Qui te dit que ça me manque ? », en le retournant, mains s’accrochant à ses épaules. « Tu veux que je te prouve que tout ça, c’est de la merde ? ».

Josiah releva les sourcils.

« Tu veux que je te prouve que tu es plus bandant que toutes ces filles réunies ? », en haussant le ton.

« Kyle ! », devant la réaction des gens sur le trottoir.

« Je les emmerde, J…C’est à toi que je parle, pas à eux ».

« Retourne au garage… Je suis déjà en retard, là », pour couper court à la conversation.

« NON », en le tirant par le bras et l’entraînant à sa suite.

« Kyle, qu’est-ce que tu fais ? ».

« Ce que j’aurais dû faire y des mois de ça », en se retournant vers lui.

Josiah tiqua.

« On va la franchir cette dernière étape, ensemble, comme on l’a fait pour toutes les autres », en posant sa main sur sa joue.

« Kyle… Laisse tomber… Pas comme ça », en repoussant sa main.

« Pas comme quoi ? », dubitatif.

« Je ne veux pas que tu te sentes obligé à cause de… de cette histoire… Ce n’est pas comme ça que je veux que ça se passe… Pas comme ça », dans un murmure.

« Tu ne veux pas de moi, c’est ça ? », d’une voix rauque, en lui relevant le menton, croisant ses océans et s’y noyant. « Parce que moi, j’ai envie de toi… Là, maintenant », en l’embrassant avec passion. « Envie de toi en moi », en se détachant de ses lèvres.

« Tu… » bafouilla Josiah en reculant d’un pas.

« C’est à ça que je pensais tout à l’heure en la regardant… À ce que cela devait être d’avoir l’être que l’on aime en soi, pour soi… Ce n’était pas d’elle que j’avais envie, J, mais de toi », en plongeant son regard dans le sien.

« Kyle ? », suspicieux.

« Quelqu’un m’a un jour dit que tout n’était qu’une question de temps et de confiance… J’ai confiance en toi… Et j’en ai envie… Putain, J., si tu savais comme j’en ai envie ».

***

Ils ne prirent pas le temps de rentrer… Kyle loua une chambre dans un petit hôtel discret à deux pâtés de maison du bar.

Ils se mirent à rire comme deux ados trop fébriles devant leur envie. Kyle s’énerva sur la porte qui refusait de s’ouvrir.

« Laisse-moi faire » souffla Josiah en lui prenant les clefs des mains.

Leurs doigts se frôlèrent.

« Nom de Dieu… Magne-toi, J. ».

À peine la porte ouverte, ils se laissèrent emporter par un baiser qui finit par les laisser pantelant et sans souffle. Timidement, Josiah sortit de sa poche le lubrifiant qu’il avait acheté dans le drugstore au coin de la rue, Kyle virant cramoisi devant la vendeuse.

« Tu es sûr ? » fit Josiah en le repoussant doucement. « Ce n’est pas… agréable la première fois, tu sais ? », presque gêné, main posée sur sa poitrine.

« C’est toi… Ça sera parfait, comme l’a été notre première fois, tu te souviens ? », en posant le bout de ses doigts sur sa pommette qui avait légèrement rosi.

« Ne te force en rien… Je… »

« Putain, J… Tu vas la fermer et me baiser, oui !? » finit par balancer Kyle en riant nerveusement, perdu entre l’envie et son appréhension grandissante.

Josiah sourit et se rua sur ses lèvres.

Ils se déshabillèrent frénétiquement, en riant encore, s’emmêlant les pieds dans leurs vêtements, se raccrochant l’un à l’autre pour finir par tomber sur le lit qui craqua dangereusement, ce qui les fit rire de plus belle. Ils avaient une telle putain de peur idiote en cet instant. Puis leurs regards se croisèrent et ce fut le silence.

Le désir, l’envie et le besoin de l’autre balayèrent toutes les appréhensions. Josiah se pencha sur Kyle tout en passant son index sur la courbe de sa mâchoire. Ce dernier lui sourit en lui prenant le visage en coupe. Il lui donna son accord d’un simple baiser, effleurant ses lèvres.

Tout se fit dans la douceur, préliminaire après préliminaire, même si l’envie de le posséder lançait Josiah jusqu’à lui en brûler les reins.

Kyle ne le quittait pas des yeux. Josiah, au-dessus de lui, son désir contre le sien. Seigneur Dieu, ce qu’il l’aimait. Il posa la main sur le cœur de son amant, un cœur qui battait trop vite, un cœur qui battait pour lui. Josiah se blottit au creux de son épaule.

« Ce serait mieux que tu sois sur le ventre » lui murmura-t-il d’une voix mal assurée, tempe contre tempe.

« Je sais, mais… Je veux te voir…J’ai besoin de te voir ».

« Kyle… Ça risque de te faire mal, je veux pas que tu… », relevant la tête et le suppliant.

« Non, J. » l’interrompit-il, doigts sur ses lèvres pour le faire taire. « Je te fais confiance alors fais-moi confiance aussi… Je-veux-te-voir ».

Josiah, à califourchon sur Kyle, se pencha et prit le lubrifiant posé sur la table de chevet. Kyle se fustigeait mentalement devant son incapacité à contrôler ses tremblements.

« Tu me dis stop et j’arrête tout » murmura Josiah, la main sur son front.

Kyle ne trouva que le courage d’opiner.

Josiah le prépara longuement et Kyle n’aima pas ça, cette intrusion dans son intimité le crispa. Il grimaça, mâchoires serrées, yeux clos, maudissant cette position presque trop féminine. Le torse de Josiah qui se frottait délibérément contre son sexe pendant que ses doigts le fouillaient le fit oublier un instant cette gêne. Puis, soudain, il s’arqua en rouvrant brusquement les yeux dans un cri de plaisir étouffé.

Il fixa Josiah, plantant ses yeux brillant dans les siens. Désir…

« Tu es prêt ? », demanda Josiah d’une voix rauque, le faisant à nouveau gémir en touchant ce même point en lui qui venait juste de l’emporter.

Kyle lui répondit d’un clignement d’yeux. Josiah le positionna sans le quitter du regard tout en le relevant légèrement, repoussant les draps sous ses reins.

Il avait raison, ce n’était pas agréable et, putain, cela faisait un mal de chien, ça le déchirait et l’écartelait, lui coupait le souffle, mais il ne voulait pas que cela s’arrête parce que c’était la chair de Josiah en lui. Dans la douleur, Kyle trouva la plénitude.

Josiah prit son temps, lentement, attentif au moindre soubresaut et à la plus petite crispation. Ajustant ses mouvements au rythme que Kyle lui autorisait d’une oscillation de tête à chacune de ses demandes muettes.

Kyle qui se raccrochait à ce visage, à cette respiration, à ce corps qui se mouvait au-dessus du sien, mêlant leurs gémissements à l’odeur et la douceur de sa peau. Les doigts ancrés sur son épaule et l’autre sur sa nuque, recherchant ses lèvres pour s’y noyer, s’y réfugier.

C’était le dernier pas…L’ultime.

La douleur, après quelques minutes, enfin s’estompa et fit lentement place au plaisir, quand la main de Josiah saisit son sexe lourd et le masturba, l’incitant à se raccrocher à ses lèvres pour ne pas se perdre dans la brume de ce même plaisir décuplé à chaque caresse. Quand son corps tout entier bougea au rythme de son amant pour l’accompagner dans chacun de ses mouvements cherchant ce point en lui qui le faisait s’abandonner. Quand finalement il se cambra dans un seul cri sous l’orgasme qui le foudroya et qu’il sentit Josiah se libérer à son tour en murmurant son prénom.

Alors il sut… Il sut qu’il était enfin entier… Formant un tout avec cet homme qu’il aimait et qui l’aimait.

Il mit quelques secondes à reprendre ses esprits, tremblant sous Josiah.

« Kyle ? », s’inquiéta ce dernier en lui caressant la joue, l’embrassant sur le front. Cherchant son regard derrière ses paupières closes.

« Toi », dans un murmure, fut tout ce que Kyle trouva à lui dire en rouvrant les yeux et lui souriant doucement, iris dilatés, son pouce lui caressant le coin de la bouche et remontant sur ses lèvres.

« Je t’aime, J. »

« Je t’aime, Kyle », en se retirant doucement, les faisant gémir une dernière fois.

Josiah l’embrassa longuement et se coucha à ses côtés tout en repoussant les draps, essuyant au passage la trace de leurs ébats puis il posa sa tête dans le creux de l’épaule de Kyle.

Kyle lui murmura à l’oreille, le faisant sourire et le serra contre lui pour ne plus jamais le lâcher.

Fin

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Top