vous êtes ici
Home > Catalogue > Mixed Homoromance > Count me in – Fish & Chips Serie de Cha Raev

Count me in – Fish & Chips Serie de Cha Raev

Count me in

Titre : « Count me in  » Tome 2 de la série « Fish & Chips »

Auteur : Cha Raev

Collection : Mixed

Date de parution : Octobre 2017

Genre : Romance contemporaine

 

Count me in – Fish & Chips Serie Tome 2

Cha Raev

 RÉSUMÉ :

Nick, c’est le gars un peu fêlé. Celui qui vit au jour le jour, porte ses tatouages comme d’autres leur veste de costard, et ne peut empêcher son fichu cerveau de sauter du coq à l’âne. Ce qui aurait tendance à lui jouer des tours.
Nat, Nathaniel en fait, c’est le mec calme et posé. Trop calme. Trop posé. Un comptable comme on en trouve un peu partout.
Dès leur première rencontre, Nathaniel Charrington décrète qu’il va résoudre le mystère Nicholas Holloway. Sauf que tout n’est pas affaire de mathématiques, et certaines équations ne sont pas faites pour rentrer dans une case bien lisse. Surtout quand l’énigme ne se trouve pas forcément là où on l’attendait.

Vous les avez croisés dans Totally Nuts. Venez maintenant découvrir la manière dont, deux ans plus tôt, l’eau et l’huile avaient trouvé le moyen de se mélanger.

ISBN Papier : 978-237521-046-8  –  Format : broché 127×178 – 246 pages  –  Prix Public TTC : 13 €

ISBN Numérique : 978-2-37521-047-5  –  Prix Public TTC : 3.99 €

 

Extrait du chapitre 1 :

Nick n’était pas à l’aise avec les hétéros. Il ne l’avait jamais été. Ou peut-être était-ce le contraire ? Peut-être que les hétéros ne se sentaient pas à l’aise avec lui ? Ce n’était pas qu’il ne les appréciait pas. Vraiment. Nick n’était pas du genre à généraliser, à se dire que les amateurs de nanas n’étaient qu’une bande d’homophobes enragés. C’était même le genre de procès d’intention qui lui tapait sur le système. Il n’en demeurait pas moins un peu méfiant depuis qu’un certain nombre de séjours prolongés à l’hosto lui avaient laissé quelques mauvais souvenirs.

Du coup, Nick préférait vivre sa vie emmailloté dans le confort douillet de la communauté gay. Il était bien conscient de tout ce que cet entre-soi avait d’artificiel et de limité. Mais ça lui donnait une impression de sécurité. De l’eau avait pourtant coulé sous les ponts depuis les premières agressions, alors qu’il n’était encore qu’un ado mal dans ses baskets. Entre temps, il avait appris à se défendre. Ce qui ne lui semblait pourtant pas une raison suffisante pour tenter le diable.

Donc, s’il devait dresser le bilan : Nick achetait ses fringues dans des boutiques tenues par des vendeurs gays, fréquentait des salons de coiffure gays, des bars et des boîtes gays, s’adonnait à sa séance de muscu hebdomadaire dans une salle de sport gay… En bref, une petite vie placée sous le signe et la protection de l’arc-en-ciel.

Et à sa grande surprise, il semblait bien que Nick se soit dégoté le seul comptable gay à des bornes à la ronde. Il fallait pourtant y mettre du sien vu le coin paumé où il habitait depuis quelques années ! Dire qu’il ne l’avait même pas fait exprès…

Comment l’aurait-il pu d’ailleurs ? En fouillant le net ?

« Homme gay, 40 ans, cherche comptable, de préférence gay également, pour développer son activité de vente par correspondance. »

Pas sûr que Google aurait trouvé beaucoup de résultats pertinents. Enfin tout était possible sur Internet… Peut-être même qu’un esprit tordu avait eu l’idée de mettre en ligne un site de rencontre dans ce genre-là.

Adopte-ton-comptable.co.uk ?

Sexanalytics.com ?

Non, même lui n’était pas assez secoué pour ça…

Toujours est-il qu’en prenant rendez-vous par téléphone avec Nathaniel Charrington, deux semaines plus tôt, Nick ne s’était pas attendu à cet accueil. Il s’était imaginé un vieux hibou, bigleux et un peu chauve. Évidemment, sa taille épaisse serait moulée par l’inévitable chemise blanche. Et il y aurait le costume… Ce foutu costume bleu marine ou noir. Pire qu’un croque-mort.

Quoique ? Lequel des deux jobs était finalement le plus chiant ? Croque-mort ou comptable ? Le premier était peut-être plus fun, du moins à l’époque où les mecs croquaient encore. Ça devait faire un drôle d’effet au vrai-faux macchabée de se réveiller en sentant un type lui boulotter l’orteil !

Mais, à la grande surprise de Nick, Nathaniel Charrington ne ressemblait pas le moins du monde à un croque-mort. Le type face à lui devait avoir peu ou prou son âge. Donc plus jeune que ce que Nick avait escompté. A contrario, l’innommable costard de pingouin était là. Et bien là ! Mon Dieu, ces rayures…

Un petit ventre dépassait également de sous sa chemise. Bon, rien d’aussi dramatique que dans ses cauchemars, Nick devait bien l’admettre. C’était même plutôt mignon. Ça allait bien avec le visage poupin et les grands yeux doux cerclés de lunettes. Lesquels yeux s’étaient arrondis comme des soucoupes lorsque Nick avait fait son apparition. Il devait bien se l’avouer : c’était flatteur de faire encore autant d’effet à un type. Pas qu’il passât inaperçu en temps normal, mais tout de même…

Nick n’avait jamais froid, ce qui lui permettait d’exhiber en permanence les tatouages japonais qui recouvraient ses bras et tenaient souvent lieu de manches. Si on y ajoutait sa crête de cheveux rouges, il attirait naturellement les regards. La curiosité et la surprise, il s’y était donc attendu, voire préparé. Ce qu’il n’avait pas vu venir, c’était le rouge qui était monté aux joues de l’autre homme une fois la stupéfaction passée.

La bouche légèrement entrouverte, celui-ci avait détaillé son nouveau client de la tête aux pieds, incapable de s’en empêcher. Nick l’avait vu rater une déglutition et s’y reprendre à deux fois. Puis tout s’était arrêté. Nathaniel Charrington avait rougi comme une pucelle, détourné le regard et lui avait finalement bafouillé de s’asseoir.

Et Nick en était resté comme deux ronds de flan : il venait de surprendre son comptable en flagrant délit de matage. À le mater lui ! C’était certain puisqu’ils étaient seuls dans le cabinet. Nick s’était retourné pour vérifier…

Il se sentait un peu bête. Mal à l’aise aussi… Or si Nick avait horreur d’une chose, c’était bien de ne pas savoir comment réagir. Du coup son cerveau s’emballait et partait en vrille.

Exactement ce qui était en train de se produire…

Combien de temps avait-il plané ? Difficile à dire. Un petit moment à en juger par le regard bleu posé sur lui. Son vis-à-vis arborait désormais une expression interrogative. C’était toujours la même rengaine : les gens finissaient fatalement par regarder Nick de cette manière quand il laissait son cerveau l’entraîner n’importe où. Hyperactif. C’est le mot que les toubibs avaient balancé à ses vieux quand il était gosse. Maintenant, le terme politiquement correct était TDAH[1]. Ces putains d’acronymes. La nouvelle mode… Nick, lui, n’aimait pas les acronymes. Ces saloperies pouvaient signifier tout et n’importe quoi. De toute façon, il existait toujours tout un tas de mots et de sigles permettant de pointer ce en quoi il n’était pas normal…

Il y avait eu « cancre » avec ses premiers instits. S’ensuivit « hyperactif » donc. Et finalement TDAH. Plus tard encore, il y avait eu « PD ». Son préféré… Et encore, ça, ça n’était pas une maladie, quoi que puissent en penser certains. Donc cette fois, si Nick n’était pas normal, c’était bien de sa faute. Le prétexte rêvé pour ses vieux qui avaient enfin pu se débarrasser du poids mort.

Nick réalisa qu’il devait vraiment faire un effort de concentration lorsque les sourcils de son comptable se froncèrent. L’homme se racla la gorge.

— Monsieur Holloway ?

— Hein ? Oh oui, j’suis là… J’adore la déco ! Très classe…

Nick se leva de son siège pour pointer une peinture accrochée au mur. Marcher l’aidait à se concentrer. OK, pas totalement. Mais au moins un peu. Il jeta tout de même un œil au tableau pour se donner une contenance. Sans doute une reproduction. Plutôt pas mauvaise pour être tout à fait honnête. Une jolie forêt aux teintes d’automne. Une femme en crinoline se baladait au milieu des feuilles mortes. Un artiste russe du XIXe à en juger par la technique et la signature à peine lisible dans le coin inférieur droit.

Nathaniel Charrington le fixait toujours, sans doute pour essayer de déterminer à quel point cet hurluberlu allait lui faire perdre son temps. Au bout d’un moment, il pencha la tête sur le côté, comme si ce simple geste avait le pouvoir de décrypter le mystère Nicholas Holloway. Et au grand étonnement de ce dernier, les yeux bleu tendre ne se teintèrent pas d’agacement, mais plutôt d’une pointe d’humour.

— Vous savez, en général, les gens sont nerveux avant de voir un psy ou un huissier. Rarement un comptable…

[1]  Trouble de déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.

Vous voulez connaître la suite ?

Sortie de « Count me in » le 6 novembre 2017 sur toutes les plateformes et librairies à la commande !

En avant première à la Y/Con Paris 2017 les 14 et 15 octobre prochains.

Edition numérique ou Edition broché

Articles Similaires

One thought on “Count me in – Fish & Chips Serie de Cha Raev

Laisser un commentaire

Top