vous êtes ici
Home > Lecture offerte > Bonus offerts > Bruxomanie – Bonus de Noël pour « Une famille si ordinaire »

Bruxomanie – Bonus de Noël pour « Une famille si ordinaire »

Une famille si ordinaire

Pour Noël, Mix Editions et Barjy L. ont le plaisir de vous offrir ce petit bonus.

Attention risque de spoilers, cette nouvelle se déroulant après la fin du roman.

 

 

BRUXOMANIE

           « Je te dis que ce mot n’existe pas », pesta Kyle en foudroyant Reginald du regard.

« Et moi je te dis que oui… Ignare », répliqua aussitôt celui-ci.

« C’est pas bientôt fini, vous deux », soupira Josiah, exaspéré, en s’enfonçant dans sa chaise.

« Reggie a raison… Ce mot existe », nota platement Madison, accoudée à la table, menton reposant dans le creux de sa main.

Bryan croisa le regard de Scott, ils ne purent s’empêcher de rire en sourdine. Regards complices, semblant être à mille lieues des enjeux de cette fin de soirée.

« Comme par hasard », pesta Kyle en croisant les bras.

« Comment peux-tu être à ce point mauvais joueur ? Ça me sidère », se moqua Josiah.

« Je – ne-suis-pas-mauvais-joueur… Ce mot n’existe pas ! Point barre », en pointant le scrabble du doigt et fustigeant Josiah.

« Tout ça parce que ma lettre compte triple et que nous allons vous battre à plate couture… Mauvais perdant, va », lança Reginald, rictus aux bords des lèvres.

« Toi, n’en rajoute pas non plus », grommela Bryan en tapant du coude sur le bras de son amant.

« Quoi ? », en se tournant vers lui. « C’est sa faute…C’est lui qui ne supporte pas de perdre », en pointant Kyle.

« On n’aurait jamais dû accepter de participer à ce stupide pari », fit Bryan, dépité.

« Ohhhhh que si », siffla Reginald. « Ils vont perdre et ils vont devoir le respecter… C’est une question d’honneur », en croisant les bras, satisfait.

« Tu sais ce qu’il te dit mon honneur ? », ragea Kyle.

« Que tu vas perdre ? », fit Reginald avec un air faussement innocent.

« Bruxomanie existe », lança Madison en gesticulant, I-phone dans les mains. « C’est la manie de grincer des dents… Je le savais… Je suis prof quand même ».

« Y en a là-dedans, on dirait pas, mais hein ! », fit Reginald tout fier en se tapotant la tempe de l’index.

« Ça veut dire que tu… Que vous avez perdu » Madison arborait un énorme sourire. « Je vais graver ce moment pour l’éternité », fit-elle en levant son iPhone, employant un ton solennel sur un visage sérieux qui rendait la scène surréaliste.

« Je suis certain que vous avez tous comploté contre moi », ragea Kyle en se levant brusquement, pointant le jeu d’un index accusateur.

« Absooooolument pas », se défendit Reginald en se tournant vers une Madison qui lui était entièrement dévouée.

« Et vous ne dites rien, vous deux ? »

Kyle fulminait en regardant tour à tour Bryan et Scott.

« Ne me mêle pas à ça », fuit ce dernier en balayant le tout d’un mouvement de la main.

« LÂCHE », siffla Kyle.

Il y eut un long silence, suivi d’échanges d’œillades entre Reginald et Madison.

« Viens là, toi. »

Kyle attrapa le bras de Josiah et le força à se lever.

« J’aurais deux mots à te dire quand toute cette histoire sera finie ».

« Mais enfin, Kyle… J’y suis pour rien moi », se défendit maladroitement Josiah.

« Mon cul… Tu les as laissé gagner parce que ça t’amuse de relever ce défi grotesque ».

 

***

          C’était arrivé aussi bêtement qu’une tache de café sous une tasse. Noël approchait alors à grands pas et les événements allaient se précipiter et, surtout, bientôt échapper à tout contrôle.

Scott, pompier de son état, venait d’annoncer qu’il ferait partie de l’équipe de sécurité du grand défilé annuel. La parade de Noël.

Tous avaient bien ri au souvenir du Père Noël toujours ivre mort, et de sa mère Noël toujours aussi empotée, qui défilaient chaque année.

« Il est mort », annonça platement Scott.

« Quoi ? », fit Kyle, effaré. « Oh, merde…C’est con », en leur servant à tous une bière.

« Du coup, la Mairie recherche des remplaçants pour le défilé de cette année. Normalement cela aurait dû être l’assistant du Maire, mais il est cloué au lit avec un pied cassé ».

« Hum », marmonna Kyle sans remarquer le sourire sur les lèvres de Reginald.

« Ils cherchent des remplaçants, tu as entendu, Kylou ? », fit-il innocemment.

« Je suis pas sourd. Merci », en s’asseyant sur le canapé à la gauche de Josiah.

« Ça te tente pas ? ».

« Tu m’as déjà bien regardé ? Est-ce que j’ai une gueule à jouer au Père Noël, et puis la Mairie trouvera bien quelqu’un… Et puis avec quoi tu viens d’ailleurs ? », soudain sur la défensive.

« Tu vas jouer au Père Noël ? », fit Jewel qui venait de débarquer dans le salon.

« Hors de question », en attrapant sa fille pour la poser sur ses genoux.

« Pa’», maugréa celle-ci. « J’ai passé l’âge », en riant.

« C’est pas parce que tu as douze ans que tu n’es plus ma petite fille », en la serrant contre lui.

« Si on en revenait à nos moutons ? », relança Reginald.

« On peut savoir pourquoi tu viens nous faire chier avec ton Père Noël ? Ça ne nous concerne pas », pesta Kyle en saisissant sa bière.

« Bah si », tout sourire.

« Pardon ? ».

« Reggie…», maugréa Bryan.

« Je la sens pas cette soirée. Qu’est-ce que vous avez encore manigancé ? », marmonna Kyle.

« Mais rien ! Absolument rien », s’offusqua Reginald.

« Toi », en repoussant sa fille et le menaçant du doigt.

« J’ai rien fait… Enfin, presque rien », en levant les mains en forme de reddition.

« Reggie », tonna Kyle sentant la catastrophe arriver.

« Il se pourrait que je connaisse bien l’assistant du Maire, et il se pourrait bien que je lui ai, peut-être, proposé une possible solution de rechange ».

Un silence de plomb tomba sur la pièce. Madison se colla à Scott et Bryan s’accrocha désespérément au regard rieur de Jewel.

« Et ? », osa timidement Josiah en se penchant légèrement.

« Ça te dirait d’être la Mère Noël ? », bredouilla Reginald, sourire embarrassé.

« Pardon ? », tiqua Josiah.

« Bah vu le succès de notre Père Noël local devenu super célèbre… », commença avec emphase celui-ci, « Et il faut bien le dire aussi, vu le fait que les gosses y croient de moins en moins, la Mairie a décidé de faire une parade plus fun cette année », soudain crispé.

« Attends », gronda Kyle. « Si j’ai bien compris, tu veux que, MOI, je sois le Père Noël et que J. soit la Mère Noël ? ».

« Juste qu’une suggestion, hein ? », dans un souffle. « Aucune obligation. Ils cherchent des remplaçants, j’ai pensé à vous. Je sais que vous êtes profondément attachés à cette tradition », se fichant clairement de leurs pommes.

« VA TE FAIRE FOUTRE ! », vociféra Kyle, furieux. « Il n’en est pas question… Fin de la discussion », en claquant sa bière sur la table basse.

« Kyle », fit Josiah.

« QUOI ? », en se tournant vers lui. « Quoi ? », plus doucement devant son air renfrogné.

« C’était juste une suggestion… Une blague… Rien de sérieux », en posant sa main sur sa cuisse pour le calmer, et surtout le rassurer.

« Je sais, mais il nous prend toujours en traître, du coup, je méfie de lui comme d’une teigne », en visant du doigt Reginald tout en continuant à fixer Josiah.

« Moi ! Traître ? », se vexa ce dernier.

« Tu veux que je te fasse une liste de tous tes coups bas ? », fit Kyle en se tournant pour lui faire face.

« Tu veux parler de ceux qui t’ont fait ouvrir les yeux ? », balança-t-il candidement en fixant Josiah. « C’est de cette liste-là que tu veux parler ? »

« Putain… On n’a pas fini de l’entendre cette rengaine », rumina Kyle en levant les yeux au plafond.

« Tu l’as dit, bouffi », répliqua-t-il aussitôt. « C’est que vous êtes ma plus belle réussite d’entremetteur amateur », clin d’œil complice.

« Pourquoi ? Mais pourquoi moi ? Qu’est-ce que j’ai fait au bon Dieu pour mériter ça ? », se lamenta Kyle en balançant les bras dans les airs.

« Tu as gagné mon cœur », fit Reginald du tac au tac. « Et tu sais bien que qui aime bien châtie bien ».

« Écoute-moi bien et lis bien sur mes lèvres en même temps surtout », en indiquant sa bouche. « VA TE FAIRE FOUTRE ».

« Grossier merle, et tu te répètes en plus », en croisant les bras.

« Vous êtes trop marrants », finit par lancer Jewel en se levant.

Arrivée au pied de l’escalier, elle se tourna vers eux.

« Tu sais Pa’, tu ferais une Mère Noël d’enfer ».

« FICHE LE CAMP… FILLE INDIGNE ! ».

Elle grimpa les marches en éclatant de rire.

« Elle a raison ».

« Reggie, la ferme », se désespéra Bryan.

« De toute manière, la Mairie trouvera bien des volontaires pour reprendre les rôles. Je ne vois pas pourquoi vous vous prenez la tête comme ça. Vous êtes incroyables tous les deux », se mit à rire Scott. « Et toi, tu marches à tous les coups », en se tournant vers Kyle.

« Je… », se rendant compte qu’il s’était encore fait avoir. « Merde », en s’enfonçant dans le fauteuil.

Il se tourna vers Josiah qui ne pouvait cacher son fou-rire naissant.

« Même toi », en baissant la tête, dépité.

« Viens là », fit ce dernier en le serrant contre lui.

« J’aurais dû parier que vous n’auriez pas les couilles de relever ce défi… Pas grave, je préviendrai le pied bot qu’il va devoir chercher d’autres figurants ».

« Pas les couilles ? », gronda Kyle.

« Non », murmura Josiah à son oreille. « Tu ne vois pas qu’il te provoque ? Laisse tomber, ça va mal se terminer ».

« Pas les couilles ! », en se retournant vers Reginald. « Ça n’a rien à voir…C’est pas parce que j’ai pas envie d’avoir l’air d’un crétin devant la moitié de la ville que j’ai pas de couilles…T’as qu’à le faire toi, monsieur couilles de Mammouth ! », cracha Kyle, exaspéré.

« Okay, Batman… Je relève le défi à une condition », se levant, sourcils froncés.

« Je t’écoute, Pingouin », en se levant à son tour devant les visages abasourdis de Scott, Josiah et le visage radieux de Madison.

« On choisit un jeu, on joue en couple. Les perdants défilent », balança Reginald en croisant les bras.

« Pari relevé », répliqua Kyle en croisant les siens et le défiant du regard.

« On n’a pas notre mot à dire, nous ? », osa Bryan.

« NON », hurlèrent en parfaite communion Kyle et Reginald.

« Eh bien, ça promet », soupira Josiah en s’affalant dans le fauteuil. « Je te préviens, si on perd, tu seras la Mère Noël ».

« Quoi ? », se pétrifia Kyle en faisant volte-face.

« Pareil pour toi », lança Bryan à son amant.

« Bébé ? », affolé.

« Y a pas de bébé qui compte… Déjà qu’on a pas eu notre mot à dire, on ne va pas en plus se farcir le mauvais rôle ! C’est ça où vos couilles de Batman et de Mammouth peuvent aller voir ailleurs si on y est ».

Sur ce, Bryan se leva.

« Tu vas où ? », s’inquiéta Reginald.

« Me pendre au rosier », en disparaissant.

« Cela dit, je veux bien prendre le rôle de la Mère Noël », clama Madison, tout sourire, en levant l’index timidement.

« On va jouer à quel jeu ? », tiqua Josiah.

« Faut un truc qui puisse se jouer en couple et que tout le monde connaisse », nota Madison.

« LE SCRABBLE ! », tonna la voix de Jewel depuis le premier.

« Pas question », fulmina Kyle.

« Pourquoi, Kylou ? Tu as peur ? », fit Reginald, sarcastique.

« Moi ? Peur… tu… », bafouilla ce dernier. « Non, j’ai J. avec moi. C’est un dictionnaire ambulant à lui tout seul », tout sourire en se tournant vers celui-ci qui le lui rendit, plus crispé.

« Kyle… », mal à l’aise.

« Bah quoi ? Tu es probablement, de tous ici, le plus intelligent ».

« Merci pour nous », se vexa Madison.

« Rhoooo, ça va », ragea Kyle en levant à nouveau les yeux au ciel. « Je vais chercher la boîte et, toi, va voir que ton mec ne me bousille pas mon rosier en ratant sa pendaison », pestant sur Reginald.

 

***

 

Ce fut comme cela qu’ils se retrouvèrent tous autour de la table et entamèrent la partie de scrabble la plus longue de tous les temps.

« Tu comptes vérifier chaque mot dix fois, Kylou ? », le railla Reginald.

« Même mille s’il le faut, tricheur ».

« Mauvais perdant ».

« Je vais faire du café », soupira Josiah, dépité.

« Reste ici », lui ordonna Kyle en le retenant par la manche de sa chemise.

« Oui J.iah, reste ici… Il n’a appris à lire que jusqu’à la lettre M, comme mauvais perdant… Il a besoin de toi là », ironisa Reginald.

« Pour ta gouverne, j’ai appris à lire jusqu’à la lettre P, comme Pauvre Tache », éclata Kyle.

« Reggie », le sermonna Bryan.

« Mais regarde-le ! Je l’aime ce mec… Il réagit à chaque fois au quart de tour », avec un vrai sourire de tendresse.

Scott et Madison ne purent s’empêcher d’étouffer un rire. Josiah se tourna vers sa droite pour cacher le sien à Kyle, au risque de s’attirer ses foudres.

« J’vais le tuer », ronchonna Kyle.

« Ach… Crime passionnel » fit Reginald, théâtralement  » Je vois déjà la une des journaux : « dans un accès de colère irrépressible, la Mère Noël assassine le Pingouin à coups de latte de Scrabble », en imitant d’un geste ample, la une d’une gazette.

Josiah éclata de rire, suivi par Scott et Madison.

« La vache », et Bryan suivit le fou rire général.

« T’es trop con, mec ».

Kyle afficha un sourire qui lui éclaira tout le visage.

Cette famille, décidément…

Kyle et Josiah perdirent, évidemment. Nul doute que chacun des couples adverses avait tout mis en ? uvre pour que cela arrive. Jewel, emmitouflée sous ses draps, se mit à ricaner. La petite fille chérie avait bien l’intention d’éventer la nouvelle.

 

***

 

Tous attendaient dans le salon. Bryan assis sur le rebord du fauteuil, Reginald affalé à ses côtés, Madison assise sur les genoux de Scott.

Jewel avait rameuté son frère qui rappliqua de sa chambre d’étudiant plus vite que l’éclair. Il avait encore en tête le costume de Winnie l’ourson. Imaginer son père en Mère Noël le tuait d’avance.

 » Alors, les amoureux ? Vous vous sauterez dessus après, hein… On vous attend, nous », hurla Reginald.

La porte du dernier claqua violemment, annonçant avec certitude l’arrivée des deux remplaçants bien malgré eux.

« Faut filmer ça pour Jimmy et Piper », s’amusa Jewel en sortant sa tablette.

« Filmer ça pour la postérité oui », rajouta Reginald. « ALORS ! », insistant.

Des bruits lourds de pas hésitants et apparut d’abord Josiah.

« Je me sens…ridicule », les bras écartés par le rembourrage du costume, le chapeau de travers, la sueur au front, la barbe blanche lui tombant sur la poitrine.

Il marchait en se dandinant de gauche à droite, déséquilibré par la hotte qui le dépassait d’un bon mètre.

« Mon Dieu », fit Madison en se cachant le visage.

« Putain J.iah… Tu es le Père Noël le plus moche que j’ai vu de ma vie », constata Reginald, décomposé.

« La ferme », soupira-t-il, essoufflé, se battant pour pas perdre ses bottes trop grandes qui manquaient à chaque pas d’échapper à son contrôle.

« Elle est où la Mère Noël ? », lança Reginald sur un ton sarcastique.

« Elle arrive », fit Josiah en levant péniblement la main.

« Le premier qui ose l’ouvrir, je lui fais bouffer tous les rennes et le traîneau avec », invectiva une voix rauque avant qu’apparaisse une jambe et un bas blanc.

Kyle dans toute sa splendeur. Robe rouge avec baleines, bas blancs et bottes de même couleur. Fausse poitrine qui lui remontait sous le menton, manquant de l’étouffer. Rouge à lèvres et faux cils.

D’un mouvement rageur, il écrasa son bonnet rouge sur son front.

Avec la dégaine d’un camionneur, il se plaça à la droite d’un Josiah écrasé sous le poids de sa hotte.

« Oh Putain », murmura Reginald.

Il n’y eut aucun son. Pas un mot… La stupeur.

Kyle passa du regard bleu de Josiah à Jewel qui le filmait. Tous les visages étaient fermés et cramoisis, au bord de l’explosion. Des larmes leur inondaient le bord des yeux.

Ce fut le moment que choisit Apache pour apparaître dans le salon. Il se tourna vers ses deux maîtres et, sans que personne ne puisse prévoir ce qui allait se passer, il se rua sur Kyle, crocs en avant, et lui sauta dessus.  Un cri s’éleva. Un bruit d’explosion. Apache déguerpit plus vite que la lumière et la poitrine de Kyle, peu à peu, se dégonfla dans un sifflement étranglé.

« Mais… », se lamenta Kyle en repoussant sa poitrine pendante. « Mes nénés », dépité.

Le fou-rire qui suivit allait rester dans les annales, il fut le plus long et le plus douloureux de tous. Il n’y eut pas assez de deux toilettes et d’un jardin pour évacuer les urgences en tous genres.

La chute de Josiah aux pieds de Mère Noël aux bas blancs et au zéro de tour de poitrine, écrasé sous sa hotte, incapable de se relever à cause de la mousse dans son costume, les acheva.

 

Chaque année, à chaque défilé, ce fut le même fou rire qui les emporta.

Kyle et Josiah n’y participèrent qu’une seule fois mais personne, jamais, ne les oublia.

 

FIN

Envie d’en découvrir l’univers de Barjy L ? C’est par ici : http://boutique.mix-editions.fr/accueil/34-une-famille-si-ordinaire-broche-9782375210161.html

L’auteur et toute l’équipe de Mix Editions vous souhaitent de joyeuses fêtes de fin d’année.


 

Articles Similaires

Laisser un commentaire

Top